Accueil > Actualités > Nos quartiers > Nos quartiers Détail

La crypte archéologique de Nice

La crypte archéologique de Nice
Depuis peu, un chantier dédié au développement urbain a révélé ce qui devient aujourd’hui un  site majeur, les spécialistes le comparent sans complexe au Louvre. De quoi parle t-on exactement ? Le Petit Immo a mené son enquête. Spectaculaire et inouï à visiter sans plus attendre, après avoir lu cet article...

C’est une vaste salle souterraine d’environ 2 000 m2 qui a été découverte lors de la construction de la  première ligne du Tramway de Nice, sous la place Garibaldi.
Ces fouilles démarrées en  2006 ont permis de mettre à jour, les vestiges très bien conservés  d’un ensemble fortifié, autour de la porte Pairolière qui date du XIVème siècle. Epoque des comtes de Provence. Sous la direction des Ducs de Savoie, ces fortifications ont évolué. Elles constituent l’élément central de la politique de défense du Comté de Nice. Néanmoins, elles disparaîtront sous le règne, et par la volonté de Louis XIV en 17O6  pour près de trois siècles d’oubli.

La crypte, est depuis le printemps 2012, classée au titre des Monuments Historiques. Pour son intérêt historique patrimonial elle rivalise avec celle du Louvre…. Selon le délégué de la ville au Patrimoine historique, Jean-Marc Giaume,  « Il ne fait pas de doute que cette crypte deviendra l’un des hauts lieux culturels et touristiques de la Côte d’Azur. »

Pour le Maire de Nice Christian Estrosi : « Faire une fouille archéologique ici, c’est comme décrypter le génome de Nice. Avec l’exploration et l’ouverture de ce site, chaque Niçois en sait plus sur son Histoire, et en savoir plus sur son Histoire, c’est en savoir plus sur soi-même ».

Un itinéraire, qui part du square Toja, pour environ une centaine de mètres, pour arriver tout proche de notre célèbre statue de Garibaldi. Entre le départ et l’arrivée on parcourt plusieurs siècles d’histoire. D’abord le cylindre de la tour Pairolière, puis l’aqueduc qui alimentait en eau les jardins du palais sarde, les ruines des maisons du faubourg médiéval des Augustins, l’immense bastion Saint-Sébastien du XVIIème siècle, les piliers du pont qui conduit à la route de Turin. Tous les visiteurs seront impressionnés, en levant les yeux, par les immenses poutres de béton servant à soutenir la plateforme du tramway qui passe juste au-dessus…..

C’est une situation extrêmement atypique que connait la ville de Nice, car c’est bien là une « Première », aucun tramway ne circule sur des vestiges archéologiques conservés en place. Il existe bien dans l’hexagone d’autres cryptes, mais jamais elles n’ont été « intégrées » dans l’aménagement urbain contemporain.


Retour

Nos coups de coeur :

Lundi 17 Juin 2019 -  - © 2019 Administration identification GEMEA Interactive - Me désabonner de la newsletter