Accueil > Actualités > Nos quartiers > Nos quartiers Détail

LE RESTAURANT COCO BEACH

LE RESTAURANT COCO BEACH COCO BEACH
Le plus célèbre cabanon niçois.
C’est en 1936 que, jean Baptiste COCO jusqu’alors négociant en éponges naturelles ouvre son cabanon sur les rochers du littoral niçois afin d’y purifier ses éponges.

Sur la Marcelle, son pointu de 20 mètres, il réalise des jolies prises de poissons. Il est donc tout naturel pour cet épicurien une fois rentré « Aux Mouettes » premier nom du cabanon, d’y faire griller tout frais ses poissons pour ses amis. Le cabanon obtient très vite une notoriété.
Viennent les années de guerre, Coco était un fervent résistant, c’est du reste lui qui a fait rentrer le 1er navire des British Commandos Le Marieta Madre à Nice, on peut toujours contempler le pavillon offert par le capitaine du navire exposé dans son restaurant.
A la libération, les marins anglais basés à Nice, ainsi que les marins américains basés eux à Villefranche sur mer, venaient se baigner sur les rochers.
Coco leur préparait le pan-bagnat et la grillade de sa pêche. Les soldats conquis par cette cuisine simple et savoureuse disaient alors : « let’s go to Coco beach ! » le nom de son restaurant est né : « coco beach ».
A l’époque des cabanons, ils étaient nombreux de Cannes à Menton, mais celui de Coco est le seul qui a réussi à évoluer en un « restaurant », néanmoins, tout, encore aujourd’hui évoque l’esprit du cabanon. La carte des menus n’y a d’ailleurs jamais fondamentalement changé depuis le début. C’est probablement ce qui plait tant.
Que ce soit le touriste initié, l’habitué du lieu qui vient y dîner, ou, depuis toujours des personnalités ils viennent en toute simplicité. Tous ont goûté une fois à la bouillabaisse (qui ne se fait que sur commande), à la langouste, ou, aux poissons méditerranéens juste grillés au feu de bois.
Lorsque Coco a rendu son tablier c’est sa fille Carmen et son gendre Henri qui ont tenu les fourneaux, depuis 1996, c’est Anne-Marie sa petite fille et Pierre son mari qui perpétuent dignement la tradition « COCO ».
Et c’est probablement parce que chaque niçois ou presque se souvient d’un loup, d’une daurade, ou simplement à l’époque d’un pan-bagnat, que pour parler de ce si joli quartier on le nomme naturellement Coco Beach !
 
 


Retour

Nos coups de coeur :

Lundi 17 Juin 2019 -  - © 2019 Administration identification GEMEA Interactive - Me désabonner de la newsletter